Home Hifi Var COPLAND : Nom de code CSA 100…

Partagez !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

COPLAND : Nom de code CSA 100

Depuis une dizaine d’année que nous travaillons avec Conrad Johnson France, importateur des électroniques Creek Audio, nous nous sommes toujours intéressés à la marque COPLAND que cet importateur, réputé pour la sélection rigoureuse de ses produits, commercialise également pour notre pays.

Par ailleurs, nous avons fait progressivement évoluer notre offre, vers des sources sans DAC, cellules à bobine mobile à haut niveau de sortie du signal, enceintes au rendement moyen dont certaines exigeantes voire gourmandes en courant. Nous étions à la recherche d’amplificateurs intégrés qui s’adaptent efficacement aux caractéristiques techniques de ce matériel et apportent une mise en lumière pertinente des qualités musicales des produits déjà en écoute chez nous.

C’était donc l’occasion rêvé pour découvrir enfin cette marque artisanale d’origine scandinave dénommée COPLAND, constructeur d’électroniques à tube et hybride tube/transistor. Nous avions déjà eu l’occasion de goûter à la solution hybride sur un ampli intégré avec le McIntosh MA252 et récemment avec le Vincent SV237 MKII.

L’association du tube pour les étages de pré-amplification et du transistor pour la section permettant d’amplifier le signal, nous a donné d’excellent résultat avec l’ensemble Kallyste Dual/Défi mais aussi sur le McIntosh et sur le Vincent. La proposition de Copland bien que très différente à l’écoute, nous le verrons plus loin, ne manquait pas de nous intéresser. D’autant que le CSA 100 embarque une section convertisseur et un préampli phono à aimant mobile. La mission est donc claire pour le Copland CSA 100, traiter le signal de sources performantes qui nécessitent un convertisseur ou un étage phono à aimant mobile pour alimenter en sorties des enceintes exigeantes en courant. Cet appareil était donc bien armé pour remplir la tâche que nous souhaitions lui confier.

La première impression une fois l’appareil déballé fut le sérieux de sa fabrication, artisanale à certains égards, mais dans le sens noble du terme, il présente une finition parfaite et les composants sont sélectionnés avec soins. Nous étions donc impatients de découvrir le comportement de cet appareil, d’évaluer la performance des modules DAC et Pré-ampli phono, puis poursuivre par l’analyse de son comportement comme amplificateur intégré, et enfin se consacrer à l’origine de sa musicalité.

Pour commencer, nous l’avons testé sur les sources avec DAC ceci afin de mesurer la performance de ce COPLAND en analogique avec un convertisseur numérique externe, puis avec une source connectée à ses entrées numériques et l’utiliser avec son propre convertisseur. L’intérêt que suscite l’utilisation du CSA 100 avec son module de traitement numérique interne est de profiter pleinement de l’évolution qualitative d’une source sans DAC. Ces écoutes comparatives nous ont permis de constater que ce DAC interne se comporte avec une classe peu commune. Les timbres sont justes et bien incarnés, le contrôle des micro-informations sur les harmoniques est constant, l’image sonore est volontiers profonde. Les instruments sont bien détourés et parfaitement positionnés dans un espace en trois-dimension. Cette absence de flottement des instruments est garante d’une rigueur nécessaire qui permet de retranscrire avec précision et fidélité le signal de la source.  On pourra donc confier le traitement numérique à l’entrée DAC du Copland qui remplacera avantageusement la plus-part des « petits DAC » du marché. La source devra toutefois être à la hauteur tel une belle mécanique CD sans DAC, un lecteur réseau  Lumin U1 mini, un lecteur/serveur Aurender par exemple.

Nous avons ensuite testé les étages d’entrée phono, raccordé à notre platine AVID DIVA II et sa Cellule MC haut niveau Dynavector DV 10X5 MKII. On retrouve un recul de bruit de fond nettement amélioré par rapport à des pré-amplificateur phono standard, les timbres sont préservés et rendent justice à la qualité de notre cellule Dynavector. L’image est profonde, la belle précision d’analyse des informations ne se fait pas au détriment de la douceur et de la neutralité. On conserve au contraire un confort d’écoute et une musicalité qui donne beaucoup de sens à l’emprunte communicative de notre AVID. Ce Copland simplifie donc grandement les liaisons car il s’acquitte avec réussite de ses fonctions de traitement du signal.

Lorsque nous poursuivons ensuite notre analyse, cet intégré COPLAND CSA 100 bénéficie d’un traitement à tube basé sur une unique triode 12AX7. Ce schéma de montage en simple triode apporte transparence sans fausse chaleur. Car le COPLAND n’utilise aucunement le tube pour apporter de la chaleur et rondeur à l’écoute. On évoquera plus une impression de transparence, de rapidité et de précision. Pour La partie amplification, le COPLAND CSA100 délivre une puissance de 2×100 watts sous 8 Ohms  et 180 Watts sous 4 Ohms. Il est équipé d’un solide transformateur de 700 VA. Cette alimentation bien dimensionnée est l’atout majeur permettant d’alimenter et de tenir avec poigne les enceintes au filtre très élaborés que l’on retrouve sur des enceintes Dynaudio par exemple. Les hauts parleurs réagissent avec beaucoup de conviction à la moindre sollicitation et aspérité de la musique. On sent qu’il y a du courant, bien réparti sur toute la bande passante du grave à l’aigu, il s’affirme avec conviction, pour une écoute à l’énergie communicative même sur des enceintes réputées sages.

Le Copland est pourvu de transistors Mos fet qui procurent à l’écoute un grave tendu, rapide et sans projection. Le médium est vivant, clair, il foisonne de détail. L’aigu est fin, naturel et sans agressivité. Cet intégré apporte beaucoup de réalisme à l’écoute de la musique classique. Sur la musique baroque, les instruments à corde notamment tel que violon et contrebasse sont d’un réalise saisissant, on est surpris par l’énergie déployée lors du frottement de l’archet ou du pincement des doigts sur les cordes avec un sentiment très physique, le son délivré sur ces instruments devient presque palpable. Cet intégré transpose la musique moins par la douceur et la délicatesse, que par l’énergie, la présence et l’immédiateté qui l’anime. Sa rapidité permet aux enceintes de s’exprimer avec une grande rigueur pour une reproduction la plus fidèle possible de la musique. Ce Copland est un appareil rigoureux et il le fait savoir, si l’on ne prend pas soins au choix des câbles qui lui sont associés.  Les enceintes de faible et moyen rendement d’un budget entre 3000 et 6 000 €uros, neutres, équilibrées et d’une grande capacité d’analyse lui conviendront à merveille.

Le Copland ne manque donc pas de caractère, c’est un appareil racé qui délivre une écoute fidèle et très dynamique par sa capacité à alimenter avec énergie les transducteurs.

Sa musicalité bien nuancée s’exprime par la profonde analyse du signal que fourni son excellent traitement numérique et analogique interne. Et comme une réussite ne reste pas sans suite, COPLAND propose de renforcer son offre avec 2 autres modèles : le CSA70 et le CSA 150 d’une puissance respective de 70 et 150 Watts sous 8 Ohms. De quoi étendre l’écoute d’un COPLAND à un plus grand nombre de mission…  

Leave a Reply