Home Hifi Var La haute résolution en audio : il y a bien une différence,...

Partagez !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

La haute résolution en audio : il y a bien une différence, avec un master système hifi.

Nous nous sommes habitués, avec les évolutions successives de la résolution des images, à constater le gain en qualité de la définition. Nous sommes passés en moins de 15 ans à des téléviseurs cathodiques de 576 lignes, appelé standard définition, puis à 720 lignes, appelé HD Ready, ensuite à 1080 lignes avec le full HD, à 2160 lignes enfin pour la 4K et bientôt la 8 K. A chaque fois la différence au niveau de l’image était saisissante avec plus de réalisme et de détails.

Pourtant, tous les utilisateurs ont très vite pris conscience que pour bénéficier de telles évolutions ils devaient s’équiper de matériel compatible avant même l’existence des supports et des sources : Blu ray puis blu ray 4K, TNT ou le satellite en HD puis satellite en 4K. De même, les utilisateurs ont rapidement compris que pour profiter pleinement de cette haute résolution ils devaient s’équiper de grand écran.

Parallèlement la qualité vidéo au format divX a été réduite à une utilisation nomade, au téléchargement et une utilisation sur ordinateur ou produit smart. Pour le son, la réaction du grand public est bien différente. La première évolution technologique dans la haute qualité audio fut le SACD pour super audio CD, il y a 20 ans. Si nous considérons que le CD de 16 Bit 44 khz est le format standard le SACD utilise une fréquence d’échantillonnage équivalente à 64 fois celle du CD.

Autre point de comparaison, la bande passante entre 20 Htz et 20 Khz pour le CD et pour le SACD entre 20 Hhz et 100 Khz, même si de tels niveaux de fréquences ne sont pas tous audibles pour l’homme. L’équivalent de la qualité audio en haute résolution existe donc pourtant commercialement depuis 1999 ; alors pourquoi le SACD n’a t-il pas remplacé nos bons vieux CD avec de telles performances en terme de définition, alors que les lecteurs de SACD étaient, de plus, compatibles avec le format CD ?

Pire encore… Pourquoi le format MP3 a révolutionné notre façon d’utiliser l’audio alors que ce format détériore fortement la qualité des timbres, la définition, la dynamique par rapport à une qualité CD. Le MP3 lui est devenu la règle pour un grand nombre d’utilisateurs qui ont sacrifié la qualité pour la quantité, que ce soit en déplacement grâce à la faible taille des fichiers mais aussi hélas sur une chaine hifi classique. Depuis, le SACD a été remplacé par les fournisseurs de streaming qui proposent des formats audios en qualité master à peu près équivalente.  Le master audio passe donc par une source de données sur support de fichier téléchargeable. Ces sources sont utilisées sur ordinateur, serveur de fichier numérique et lecteur réseau. C’est ce qu’on appelle aussi les sources connectées puisqu’il n’y a plus de lecteur de support physique, on passe par le réseau et le net.

De nombreux utilisateurs sont donc passés du téléchargement de musique en MP3 au streaming sur des appareils compacts connectés pour obtenir, en fonction de l’abonnement, une qualité CD ou moindre, sur des appareils aux performances musicales limitées. D’autres utilisateurs plus exigeants ont préféré compléter leur chaine hifi avec des lecteurs réseaux ou/et des DAC qui permettent de lire les fichiers en qualité master audio ce qui n’est pas le cas de la quasi-totalité des appareils compacts connectés d’ailleurs, faut-il le préciser. En effet, tout ce qui est musique connectées n’est pas musique potentiellement compatible à la qualité master audio. Et à quoi cela servirait-il puisque la performance de tel appareil ne permet pas d’entendre la différence !

Et pour les autres, ceux qui aiment le bon son, et qui se sont équipés pour profiter de ces formats audios de haute résolution ? Et bien c’est pareil, pour la majorité d’entre eux, même si leur système leur permet d’aller beaucoup plus loin, ils n’entendront pas de différences significatives entre un format audio CD ou un format master audio de 98 Khz voir 128 Khz et au-delà si vous en trouvez. Ce qui explique bien en partie l’échec du support SACD, car même avec l’équipement de la plupart des utilisateurs pourvu d’un lecteur SACD performant, la différence restait peu perceptible sur leur système hifi.

La raison est très simple, c’est la même que pour l’image ; pour profiter de la haute résolution de l’image, il faut un grand écran, et bien pour profiter de la haute résolution en audio, il faut des grands haut-parleurs ou plus exactement des enceintes très transparentes et à la capacité de résolution hors du commun.

On imagine logiquement que ces redoutables transducteurs ont besoin en amont d’amplification de qualité pour les alimenter et de préamplificateurs suffisamment transparents et performants pour fournir toutes les informations nécessaires au fonctionnement idéal de telles enceintes, était-ce déjà le cas il y a 20 ans?…

Et la sources et le DAC me direz-vous ? Bien sûr ils ont leur rôle comme toute source qui va apporter sa capacité à s’adapter à la performance générale du système. Mais dans la reproduction des bandes audio master, ce n’est pas le DAC qui permet d’entendre la différence. Les informations sur un support en qualité master audio, un DAC de qualité est capable de les transmettre, mais si au bout de la chaine les enceintes ne sont pas suffisamment transparentes et bien vous n’entendrez pas la différence.

Alors, contrairement à l’image ou l’investissement dans un grand écran permet de profiter des nouveaux supports en 4K pour un budget qui reste accessible, en son, pour profiter des nouveaux supports en qualité master audio, il faut un système hifi dont le budget est calqué sur la performance suffisante des enceintes. Les enceintes doivent diffuser l’information la plus réaliste par rapport à la qualité de l’enregistrement de l’œuvre musicale qui existe sur ce support audio.

Ne cherchez plus le problème à la source, les filtres numériques et autres outils de traitement du format audio n’apporteront rien à votre soif du détail et de réalisme si le transducteur, l’amplification et surtout la pré-amplification ne sont pas en capacité d’apporter la transparence nécessaire au format audio de qualité master.

Alors êtes-vous vraiment équipé pour profiter de ce format ?

Vous le saurez en comparant un même enregistrement sur format audio standard et ensuite sur format audio en haute résolution. Si la différence n’est pas meilleure vous aurez votre réponse.

Leave a Reply